Le Coin Djebli Boutique solidaire Coopératives féminines de Chefchaouen

Le Coin Djebli Boutique solidaire     Coopératives féminines de Chefchaouen

AMAPPE Le potentiel des femmes mis en relief

Actualité - SOCIETE

Entrepreneuriat
Le potentiel des femmes mis en relief 
  Publié le : 01.10.2007 | 21h24

 
Mise en place d'un programme destiné à promouvoir le travail féminin
Se souciant éternellement de son entourage familial, la femme marocaine est de nos jours de plus en plus active.
Agronomie, artisanat, agriculture, couture etc…Aucun domaine n'échappe à son intervention.


Soucieuse de cette présence, souvent timide au début, l'Association marocaine d'appui à la promotion de la petite entreprise (AMAPPE) a créé le Programme d'appui au développement de l'entreprenariat féminin, PADEF.

Né d'une collaboration avec INTERMON OXFAM, le PADEF a vu le jour en 2001. Son principal objectif est de contribuer au développement de l'entreprenariat féminin dans les provinces de Chefchaouen, Tétouan et Ifrane.

En effet, le PADEF a proposé, pour la concrétisation de ses phases d'actions, une mise en place de plusieurs centres d'appui dont la mission première est la contribution à l'intégration des femmes issues de milieux défavorisés, dans la vie socio-économique du Maroc, à travers le renforcement de leurs capacités à exercer une activité économique viable.

Cependant, après la fin des deux premières phases dites de création et d'appui (cette dernière s'est étalée sur 44 mois depuis septembre 2003) l'AMAPPE prévoit une troisième phase : il s'agit du PADEF III, un programme axé sur l'aspect de la commercialisation des produits de ces petites unités.

«Le PADEF III est une continuation de PADEF II. Il est venu répondre aux problèmes de mévente rencontrés par les coopératives et qui a été relevé au cours de la seconde phase. Ainsi, ce nouveau programme consistera au développement et à la mise en œuvre d'une stratégie de commercialisation et de promotion des produits des coopératives, appuyées par le PADEF II » explique Asmae El Harrane, coordinatrice
du PADEF.

Et de poursuivre : «Cette phase ne prévoit pas la création d'autres projets, mais la mise sur le marché des produits déjà existants et porteurs dans leur créneau dominant, notamment l'huile d'olive, les sels de bain, le couscous, le miel...
Néanmoins, la porte restera ouverte pour d'éventuelles créations de projets».

Rappelons toutefois que les bénéficiaires directes de ce programme sont les femmes entrepreneuses déjà en exercice, les femmes porteuses de projet et les coopératives féminines existantes ou en cours de
création.

Sauf que «ces femmes sont généralement des femmes analphabètes ou à faible niveau d'instruction et sont souvent issues des milieux défavorisés», précise la coordinatrice.
Quant aux bénéficiaires indirects, elles sont composées d'ONG locales et régionales qui souhaitent s'investir dans l'appui à la création d'activités économiques et autres acteurs locaux, notamment les administrations publiques.

Par ailleurs, le programme PADEF procède à ses différentes actions en collaborant avec d'autres organismes.
«Le programme a créé une dynamique et a développé des partenariats non seulement avec des ONG locales, régionales ou internationales, mais aussi avec des administrations publiques, notamment la délégation de l'entraide nationale, l'Agence de développement des provinces du Nord, l'INDH, les DPA et les provinces», ajoute Mme El Harrane.

Du coup, ces organismes et associations participent chacune à son niveau à la réussite des projets, soit par le financement et l'acquisition de matériels, soit par la mise à disposition des ressources humaines.

Précisons tout de même que les objectifs spécifiques de ces organisations est d'augmenter le revenu des femmes à travers l'amélioration de leurs capacités en matière de développement de leurs activités économiques, la reconnaissance de leur potentiel économique dans les trois provinces d'intervention et la promotion des services des unités d'appui.

Néanmoins, et avant de voir le jour, le programme PADEF a rencontré plusieurs obstacles pour amener des femmes (souvent renfermées sur elles-mêmes) à développer des projets.
«Les deux problèmes majeurs étaient : l'alphabétisation et la mentalité conservatrice des gens, notamment dans le milieu rural», explique la coordinatrice du projet.

Toutefois, le PADEF a pu contourner ces obstacles grâce au travail de fond des conseillères en entreprise, qui offrent un service de proximité, a travers la prospection des souks, la réalisation de formations spécifiques, dont des ateliers portant sur l'intégration de l'approche genre dans le développement.

Du côté des autorités locales, ces entités ont apportés un appui conséquent au démarrage des projets, principalement lors des prises de contact avec la population et la création des coopératives.
Du coup, 7 coopératives et 11 entreprises féminines ont été créées dans la province de Chefchaouen, 4 coopératives et 31 entreprises féminines en plus des 57 entreprises déjà existantes ont été réalisées dans la province de Tétouan et enfin 10 coopératives féminines dans la province d'Azrou.

Il est à noter que 7 de ces coopératives ont bénéficié d'emballages et d'étiquettes de qualité professionnelle afin de procéder à leur mise sur le marché dans de bonnes conditions.
Reste à signaler que parallèlement au PADEF, une boutique de commerce solidaire a pu être ouverte à Chefchaouen grâce aux partenariats. D'autres sont en cours de concrétisation, notamment celle de Khemis Anjra et de Tanger.
-------------------------------------------------

L'évaluation du PADEF II

La mission qui a démarré au cours de la deuxième semaine du mois de septembre, et qui doit s'étaler sur 40 jours, vise l'évaluation de l'impact et la mesure du degré de la contribution du projet à l'intégration des femmes issues de milieux défavorisés dans la vie socio-économique du Maroc, à travers le renforcement des capacités des femmes exerçant ou souhaitant exercer une activité économique viable.

Cette évaluation permettra également d'évaluer le niveau d'efficience et d'efficacité de ces activités dans le processus d'accès aux revenus au profit des femmes bénéficiaires, de procéder à une valorisation des résultats du projet et de développer une réflexion sur les mesures de l'impact du projet, notamment en terme de renforcement de leurs capacités au niveau économique.

Rajaa Kantaoui | LE MATIN
 
 
  Lire aussi
Transports
 Des petits taxis piétinent la loi
Peine capitale
 La campagne mondiale contre la peine de mort démarre au Maroc
Journée mondiale de l'enseignant
 …Pour qui sonne le glas
 L'histoire d'un «désabusé»
Il est essentiel d'appliquer le projet de la Charte nationale
 «Plus on respecte, plus on est exigeant»
     
Copyright © Maroc Soir. 2006. Droits de reproduction et de diffusion réservés.


05/10/2007
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 25 autres membres